icon-hamburger-dark
Donner

Les causes sociales du terrorisme

« C’est un défi [le terrorisme] qui est au croisement de batailles économiques, sociales, culturelles, spirituelles aussi, parce qu'au fond qu'ont cherché à atteindre ces assassins ? Ils ont cherché à atteindre ce que nous sommes. Au-delà des morts qu’ont-ils voulu ? Ils ont voulu semer la terreur, le doute, le poison des divisions. »

Accédez à la synthèse de cet article

Partagez cet article

Diagnostic

La résurgence du terrorisme en France

Depuis quatre ans, les attaques terroristes se sont multipliées sur le territoire français. Notre pays entre dans une période tragique, ce qui « n’était pas arrivé depuis la Seconde Guerre mondiale ». Le nombre et le bilan des attaques terroristes depuis 2012 attestent l’ampleur du phénomène (pas moins de 10 attentats, 255 morts et 684 blessés). Ainsi, « oui, l’histoire est redevenue tragique, et c’est un changement profond » auquel il faut répondre car il prend naissance au cœur de notre pays : « chez nous, dans notre pays, des jeunes qui avaient grandi non pas à l’autre bout du monde, mais chez nous, avec nous, dans notre école, dans notre système, ont décidé pour des causes folles, par fanatisme, de tuer, de détruire, d’attaquer le système ».

Des causes multiples, extérieures mais aussi intérieures

Extérieures

L’action terroriste ayant visé, en janvier 2015, Charlie Hebdo a été revendiquée par Al Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). L’auteur des actions commises au même moment à Montrouge et Porte de Vincennes à Paris a prétendu agir au nom de Daech, et cette même organisation a revendiqué les attaques commises à Paris et Saint-Denis en novembre 2015, puis à Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray en juillet 2016. Ces réseaux terroristes constituent un enjeu stratégique pour la France qui demeure une cible, comme en témoignent régulièrement les déclarations de leaders ou membres d’Al Qaïda (basés en zone afghano-pakistanaise, au Yémen, au Sahel ou au Maghreb) et de Daech.

Intérieures

Lorsque l’on examine les causes du terrorisme en France, il faut aussi avoir le courage de regarder objectivement la situation, et ne pas se focaliser uniquement sur la réponse sécuritaire car « il y a une autre réponse que nous devons aussi apporter, et qui prendra du temps ». En effet, il ne s’agit pas seulement d’une « menace extérieure », d’un « crime qui viendrait d’autres pays » : « il faut regarder en face le fait que notre société, notre économie a aussi produit de l’anomie, de l’exclusion, des destins individuels qui ont pu conduire certaines et certains à aller jusqu’à ces atrocités ». Prendre conscience des origines intérieures du terrorisme, c’est aussi prendre la mesure des responsabilités et penser plus largement la réponse au terrorisme, « parce que notre défi, il est aussi intérieur ».

Action

Principes

La folie des hommes

Dire que le terrorisme est un défi intérieur, ce n’est en aucun cas minimiser l’importance de Daesh ou d’Al Qaïda, qui sont notre premier ennemi. Ils représentent « la folie des hommes, et l’esprit totalitaire et manipulateur de quelques-uns ». Cela étant posé, il faut comprendre en quoi, en France, il y a « un terreau », et en quoi « ce terreau est notre responsabilité ».

Admettre notre responsabilité

Notre responsabilité s’articule autour de deux grands axes : la défiance et l’arrêt de la mobilité sociale. « Ce totalitarisme se nourrit de la défiance que nous avons laissée s’installer dans la société » et « de cette lèpre insidieuse qui divise les esprits » et qui, si nous n’y prenons garde, « les divisera plus encore ». De plus, « nous sommes une société où nous avons construit la capacité à fermer la porte » et cela conduit à une rupture d’égalité entre les citoyens : « quelqu’un sous prétexte qu’il a une barbe ou un nom à consonance qu’on pourrait croire musulmane, a quatre fois moins de chances d’avoir un entretien d’embauche qu’un autre ». Ainsi, « nous avons progressivement abîmé cet élitisme ouvert républicain qui permettait à chacune et chacun de progresser. Nous avons arrêté la mobilité sociale ».

Propositions

L’action sécuritaire

Au lendemain des attaques du Bataclan et des terrasses parisiennes, Emmanuel Macron revient sur le dispositif sécuritaire mis en place par le gouvernement : « en ce moment même, nos forces de police et nos forces armées sont en train d’intervenir ». Ces moments de deuil et de tristesse sont également marqués « par la gravité du défi qui est le nôtre » : « le président de la République s’est exprimé à plusieurs reprises et, à ses côtés, le gouvernement a pris des mesures d’urgence et de sécurité sur le plan intérieur comme sur le plan international, et cela durera ».
La sécurité est un « défi » essentiel, mais ce n’est pas le seul et la réponse sécuritaire connaît aussi des limites. Il est important de créer une dynamique qui permette de répondre collectivement : « la réponse, elle est aussi économique, morale, sociale face à ce qui aujourd’hui nous touche et on ne peut pas considérer que l’on traite le problème, qu’on traite le mal en l’excluant de la communauté nationale ».

L’action collective

Les solutions de fond ne peuvent émerger que d’un projet commun, d’une action collective : « si collectivement, en tant qu’acteurs économiques », « nous n’apportons pas une réponse à la hauteur de ce défi, nous aurons là aussi manqué quelque chose ». Cette action collective ne s’adresse pas seulement aux acteurs économiques, mais à tous les citoyens qui veulent que la France gagne : « elle gagnera si toutes celles et ceux qui sont en place – et nous en sommes – décident de pousser encore davantage leurs ambitions, de se dépasser, de donner une place à celles et ceux qui n’en ont pas, ou trop peu, et donnent un sens à cet engagement collectif ».

Article précédent Article suivant

Partagez cet article

Fermer

« Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum. »