icon-hamburger-dark
Donner

Une nouvelle offre politique

« Le clivage qui est dans notre pays, c’est un clivage entre le repli et l’ouverture, entre les conservateurs et les progressistes. »

Accédez à la synthèse de cet article

Partagez cet article

Diagnostic

Gauche contre Droite : un clivage dépassé…

La vie politique française s’est longtemps construite sur l’opposition entre la droite et la gauche. Or, les valeurs incarnées historiquement par la gauche et la droite ne correspondent plus à la réalité actuelle des partis. De plus, l’opposition idéologique de la gauche et de la droite est mise à mal par les défis du vingt-et-unième siècle : « la gauche et la droite telles qu’elles se sont construites, telles qu’elles structurent la vie politique française sont caduques ».

… qui entrave l’action politique

Le jeu des partis pousse au compromis : pour rassembler il faut flatter et ne pas contrarier. Emmanuel Macron explique ainsi qu’il a « touché du doigt les limites de notre système politique » qui « pousse à des compromis de dernière minute car le travail d’explication est rarement mené ». Les idées sont mises de côté pour ne pas déranger l’organisation partisane, parce qu’assumer ses convictions risque de froisser certains. Du coup, nous assistons, à chaque élection, au même spectacle. La gauche et la droite choisissent leur candidat, puis vont chercher des voix au centre, essayant de « compenser ce consensus inachevé dans son camp » avant de prétendre rassembler « en disant : l’ennemi, c’est le Front national ». Puis, une fois les élections gagnées, vient l’heure du bilan par quoi on aurait dû commencer, et des désillusions : « on demandera à la cour des comptes ou à quelqu’un d’autre de faire le bilan du pays » et « on dira “finalement c’était encore plus grave que ce qu’on avait pensé” et donc il faut peut-être un peu réadapter les choses ».

Le nouveau clivage pertinent : conservateurs contre progressistes

La division actuelle est entre, d’un côté, « celles et ceux qui croient au progrès, à la transformation radicale » et, de l’autre, « celles et ceux qui ne veulent pas ces changements ou prônent le repli ». Deux réactions sont possibles face aux nouveaux enjeux sociaux et économiques, le repli vers le passé ou le pari sur l’avenir : « le clivage qui est dans notre pays, c’est un clivage entre le repli et l’ouverture, entre les conservateurs et les progressistes ». Si Emmanuel Macron se revendique de gauche : « c’est mon histoire familiale, personnelle, mes filiations, mes indignations » ; il affirme aussi que les progressistes n’appartiennent ni à la droite, ni à la gauche : « le progressiste, c’est celui qui croit dans la liberté, dans un rapport à la justice, dans la société ouverte, dans l’Europe, c’est surtout ceux qui n’ont pas peur de voir la France telle qu’elle est, et qui la regardent en face ».

Action

En Marche !

En Marche a pour vocation d’enclencher une dynamique de renouvellement du paysage politique. C’est un mouvement politique ouvert à tous, qui va « au-delà des clivages politiques obsolètes ». Emmanuel Macron l’affirme : « J’ai décidé qu’on allait créer un mouvement politique nouveau. C’est-à-dire un mouvement politique ni à droite, ni à gauche. L’idée de ce mouvement politique c’est une dynamique face aux blocages de la société, c’est essayer d’avancer. Ce mouvement à un nom : En Marche ». Permettre à la France de changer et d’avancer n’est possible qu’avec les Français, à qui la décision politique n’aurait pas dû être confisquée. C’est pourquoi « la vocation de ce mouvement est de rendre à l’ensemble des Français la place qui n’aurait jamais dû cesser d’être la leur : non pas le décor de la vie politique, mais son cœur ». L’action d’En Marche est avant tout celle de ses adhérents qui apportent leurs idées et leur volonté dans les 2500 comités locaux, présents partout en France.

Prendre le meilleur de chacun

En marche ne renie pas l’héritage du passé. La force de ce mouvement est de faire appel à celles et ceux qui se retrouvent dans un ensemble de valeurs très claires : « l’attachement au travail, au progrès et au risque, une égale passion pour la liberté et la justice, un attachement européen profond et exigeant, une croyance inébranlable dans l’énergie de notre pays, pour lui redonner confiance ». Ces valeurs n’appartiennent à aucun clan politique. On entend souvent que « la gauche, sa mission, c’est l’égalité, donc elle va faire des normes, il y a des contraintes » et, de l’autre côté, que « la droite a le monopole de la liberté » et va « enlever telle norme, baisser les impôts, etc. » Emmanuel Macron refuse un tel positionnement : « On va réconcilier les deux, parce que cela fonctionne ensemble » et que comptent avant tout celles et ceux qui sont prêts à apporter des réponses concrètes.

Concrètement, il est donc possible d’adhérer à En Marche tout en étant membre d’un autre parti politique. Il y a une volonté d’accepter toutes les bonnes volontés sans les logiques d’appareils qui minent souvent les partis politiques traditionnels.

Une démarche citoyenne

En Marche part des Français, de leurs désirs, de leurs espoirs, de leurs préoccupations. Le diagnostic sur lequel se fonde Emmanuel Macron n’est pas celui d’experts. Il vient de la confrontation de plus de 25 000 témoignages recueillis pendant trois mois par des milliers de volontaires car « le bilan ça ne se fait pas deux mois après l’élection, c’est maintenant qu’on doit faire le bilan, c’est ce diagnostic que je demande à travers la Grande Marche ». Ce diagnostic a été restitué pendant le mois d’octobre lors de trois rassemblements à Strasbourg, au Mans et à Montpellier et il a permis d’établir un plan d’action. Ce n’est pas un programme politique classique, c’est « un plan d’action, c’est-à-dire des propositions concrètes avec un calendrier, avec des engagements, c’est-à-dire un plan de transformation ».

Article précédent Article suivant

Partagez cet article

Fermer

« Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum. »